TOXINE BOUTULIQUE pour le traitement des rides

Injection de botox toxine boutilique

La toxine botulique

 

La toxine botulique est un médicament utilisé depuis les années 1975 en neurologie et en ophtalmologie au départ pour traiter notamment le blépharospasme.

En esthétique, les doses sont en moyenne 3x moins importantes que celles utilisées en neurologie. En Suisse, plusieurs molécules sont commercialisées sous différents noms. Nous ne pouvons pas en faire la publicité suivant les recommandations de Medisuisse mais certains noms de marque sont passés dans le langage commun.

La molécule B. est la plus ancienne et la plus connue mais la molécule A. agit en général plus rapidement et est plus puissante ce qui est assez intéressant chez l’homme qui a souvent des muscles faciaux plus toniques. Quel est le mécanisme d’action. La toxine botulique limite l’action (libération de l’acétylcholine). Ce neuromédiateur agit au niveau des jonctions neuromusculaires, son absence diminue voir bloque en fonction de la dose, la contraction musculaire.

Scientifiquement, il a été prouvé que ce phénomène est complétement réversible en 4 à 6 mois, ce qui correspond à la durée d’action habituelle du traitement par toxine botulique. La toxine s’injecte donc au contact des muscles sous forme de mésothérapie ou d’injection et elle va donc moduler la contraction musculaire. A proprement parler, la toxine botulique n’a pas d’action sur la ride elle-même mais sur la contraction musculaire. Elle agit donc sur les rides dynamiques mais pas sur des rides installées qui s’apparente à des cassures de la peau qu’il faudrait alors remplir par de l’acide hyaluronique.

En conséquence, en matière de médecine esthétique, le suivi des patients est sur plusieurs années permettant d’optimiser le traitement. Le Dr Smarrito étant aussi un spécialiste de la chirurgie de la paupière, il pourra apprécier au niveau du front, si les rides sont dues à un simple vieillissement et une contracture du muscle frontal ou bien d’un alourdissement de la peau des paupières, dans ce cas là, la stratégie s’orientera plus vers une petite chirurgie dite de blépharoplastie des paupières supérieures que d’injecter le front. Nous garantissons aussi une stratégie optimale en fonction de l’âge, en effet, plus le patient est âgé, moins la dose sera élevée afin de ne pas obtenir un front excessivement lisse. Les effets secondaires attendus. Comme vous le comprenez, les effets secondaires décrits sont bénins et réversibles. Parfois, des maux de têtes peuvent apparaître le soir même.

Un sourcil resté haut après injection peut être corrigé par une retouche lors d’une visite de contrôle, une accentuation de la lourdeur du sourcil se stabilise en général en 3 à 4 semaines sauf dans le cas où une blépharoplastie aurait été une meilleure indication. Il arrive parfois aussi qu’une ecchymose ou qu’un léger hématome millimétrique apparaisse au niveau de la piqure qui régraisse en quelques jours.

Au bout de combien de temps refaire les injections.

Contrairement à la femme où les injections sont plutôt réalisées tous les 6 mois, chez l’homme, la séquence d’injection est plutôt de réinjecter tous les 4 à 5 mois, en effet les muscles étant plus puissants et la philosophie actuelle étant de ne pas obtenir un effet trop lisse, il faut renouveler les injections plus fréquemment que chez la femme.

D’autres traitements avec la toxine. Il nous arrive fréquemment de traiter des hommes pour les phénomènes d’hyperhidrose (transpiration excessive des aisselles) avec le même produit mais à des doses plus importantes ce qui permet de stopper la transpiration excessive pendant plusieurs mois. Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire et serons heureux de vous accueillir pour un diagnostic précis grâce à notre expérience de plus de 20 ans de cette molécule.

 

Zone d’injection de la toxine botulique

           

Les zones d’injection de la toxine botulique et le dosage. Le Docteur Smarrito vous expliquera les différentes zones à traiter mais aussi le dosage de la toxine. Il est à noter qu’aujourd’hui l’injection peut être réalisée très concentrée pour avoir un effet figé ou bien plus diluée pour avoir un effet estompant les ridules et les rides, mais gardant une contracture musculaire présente et naturelle. Il est aussi possible de faire de la prévention chez les patients et patientes jeunes. Voire du mésobotox il s’agit alors d’une véritable mésothérapie utilisant le produit.  Les rides du front et la ride du lion sont améliorées grâce aux injections de botox avec un air plus doux, le visage paraît moins dure et cela gomme les expressions négatives, au niveau de la patte d’oie l’injection est modérée, elle permet tout à fait de garder les mouvements normaux de l’œil lors du rire et à la fermeture des paupières, mais les ridules s’estompent. Il s’agit aussi d’une zone ou la prévention est de rigueur afin que ces ridules ne s’installent pas et deviennent des cassures. L’expression reste naturelle de toute manière. Il est bien connu qu’avec ces injections il est possible d’améliorer la position du sourcil avec une légère ascension latérale. Il faut porter toute l’attention nécessaire lors de ces injections autour du sourcil, en effet les rides du front peuvent être la conséquence d’un excès de peau à la paupière supérieure, dans ce cas le chirurgien vous proposera plutôt de réaliser une blépharoplastie supérieure plutôt que cette injection de toxine. L’injection de toxine pouvant conduire à abaisser le sourcil et ainsi accentuer la lourdeur de la paupière supérieure. Il est aussi possible d’injecter au niveau du menton pour déplisser les plis d’amertume ainsi ces injections ont de très bons résultats sur les muscles superficiels agissant sur la peau. Ne peuvent agir sur une peau cassée ou des zones plus profondes. Pour la clientèle asiatique il est assez fréquent d’injecter les masséters. De même en cas de bruxisme, dents qui grincent, les injections peuvent avoir un effet apaisant sur ce phénomène. L’injection des masséters permet ainsi d’avoir un visage moins carré moins dure.

Quelles sont les protections à prendre, d’une part il faut consulter un médecin expérimenté et vérifier le C.V. de la personne. Si tout médecin peut injecter, seulement certaines catégories de médecins sont expérimentés, voire assuré pour ces gestes. L’analyse doit être aussi précise pour mettre de côté des indications erronées, ainsi si le muscle est déjà détendu, l’injection accentuera le phénomène, les principales erreurs vues en consultation sont des injections au niveau du sourcil alors que la paupière est déjà en excès cutané et qu’une blépharoplastie est indiquée cela accentue le phénomène. De même au niveau de la clinique nous bannissons des usages trop intenses aboutissant à des traits  figés et des visages sans expression, nous n’avons guère cette problématique auprès de notre clientèle en dosant correctement l’injection. Nous avons pu en revanche constater des complications suite à des botox parties réalisées en Angleterre ou bien en Suisse par des esthéticiennes. Les résultats peuvent être catastrophiques d’autant que dans de nombreux cas, il ne s’agit pas que d’une simple toxine botulique mais des mélanges réalisés avec divers produits dont la traçabilité dans le cadre de ces botox parties est problématique. De même certains visages très expressifs sont traités différemment afin de conserver une expression mais surtout de ne pas déséquilibré un trait par l’action musculaire. Dans la plupart des cas l’injection de cette toxine est sans effet secondaire même si certaines patientes décrivent une migraine transitoire, avec un résultat stable dans le temps et très facile à obtenir avec un taux de satisfaction très important des patients à tel point que certaines patientes sont suivies au sein de la clinique depuis de nombreuses années et viennent 2 à 3 fois par an pour faire leurs injections au niveau des rides.

 

5/5 - (13 votes)
Une question ? Planifions un call
Chapitres