Sélectionner une page

NYMPHOPLASTIE

Plus 800 cas opérés d’hypertophie des petites lèvres par nymphoplastie laser par le Dr SMARRITO  

Nymphoplastie : 10 ans de recherche, 5 articles internationaux majeurs sur le sujet.

      La nymphoplastie est une chirurgie réparatrice de réduction des petites lèvres. Il s’agit d’une opération alliant esthétique et fonction.

Le Dr Smarrito est un expert du sujet. Il a participé à plus de 20 congrès mondiaux sur le sujet de la chirurgie intime et de la nymphoplastie et a publié de nombreux articles à ce sujet.

    Probablement, la nymphoplastie a était inventée il y a plusieurs 100aines d’années. Un des pionniers de la nymphoplastie moderne est le professeur Paniel. Cette chirurgie ainsi que les techniques chirurgicales ont étaient améliorés au fil du temps.

 

nymphoplastie laser

Les techniques de nymphoplastie

      Il existe plusieurs techniques de nymphoplasties. En effet, la technique longitudinale enlève le bord de la petite lèvre. La technique en triangle, dite de Paniel, enlève un triangle à la partie médiane ou partie inférieur de la petite lèvre. La technique lambda laser dite de Smarrito enlève de manière asymétrique un triangle à la partie inférieure de la petite lèvre.

Par ailleurs, le docteur Smarrito a mis au point une technique de nymphoplastie laser. Cette technique permet de diminuer le saignement per opératoire mais aussi les œdèmes post opératoires, apportant ainsi plus de confort mais aussi moins de lâchage de point de suture.

Nymphoplastie : Pourquoi opérer les petites lèvres ?

      Les signes classiques ont été publiés par le Dr Smarrito (PRS journal de plastic and reconstructive surgery) à propos de 281. Les patientes décrivent une gêne esthétique et une gêne vestimentaire pour les vêtements serrés.

       De même, la pratique de certains sports peut-être difficile, comme : le vélo, l’équitation ou la courses à pieds. Ces sports sont gênants en raison de frottements et parfois même de gonflements. Plus de 40% des patients présentent aussi une gêne lors des rapports sans pour autant parler de douleur. Il s’agit d’un aspect inconfortable dû à l’excès des petites lèvres au niveau de l’orifice (phénomène de dyspareunie).

nymphoplastie

Réduction des petites lèvres : pour quelle patiente ?

          La moyenne d’âge des opérations est de 32 ans. En revanche, nous constatons qu’il y a 3 périodes où les patientes souhaitent faire une nymphoplastie.

      La première période correspond à l’âge des premiers rapports. En effet, de par la présence de dyspareunies (gène pendant les rapports), les premiers rapports sexuels peuvent être faussés.  Ainsi, les jeunes femmes consultent pour une dysfonction sexuelle. Le deuxième pic d’âge est représenté par les femmes qui ont accouché. Les petites lèvres s’accentuent sous l’influence des hormones. Enfin, les femmes après la ménopause sont demandeuses de nymphoplasties car là encore, l’hypertrophie des petites lèvres s’accentue. Chez les femmes plus âgées, une chirurgie intime complète est généralement proposée.

Les différentes formes de petites lèvres : classification des malformations…

De manière naturelle et sans pour autant qu’il s’agisse de pathologie, il existe de grandes variations dans les formes de petites lèvres.

        Nous n’opérons que les formes anormales. C’est-à-dire uniquement celles qui occasionnent une gêne physique. A ce titre, le Dr Smarrito à décrit la classification chirurgicale de l’hypertrophie labiale (Journal of plastic surgery JPRAS). Il faut distinguer 3 formes, une forme haute (forme de languette). Ainsi, cette forme est plutôt une gêne esthétique et très rarement une gêne physique. Une forme moyenne, triangulaire. Et enfin une forme inferieure, massive, associant généralement tous les autres signes d’inconfort. 

nymphoplastie 

Cette classification a pour intérêt une adaptation du geste chirurgical. Par exemple, dans les types 3 le geste sera plus orienté vers une résection massive des tissus. Alors que dans le type 1 il s’agira d’un redrapage du tissu. Aucune intervention de nymphoplastie n’est stéréotypée. L’opération de résuction des petites lèvres est réalisée à chaque fois sur mesure.

A qui s’adresser pour une chirurgie intime ?

Le Dr Smarrito conseille de s’adresser à un chirurgien plasticien spécialisé dans l’intime pour la réalisation de la nymphoplastie.

     En revanche, pour tout l’aspect vaginal (c’est-à-dire à l’intérieur) le recourt à un gynécologue expérimenté est souhaitable. Mettons en garde les patientes sur le fait que la nymphoplastie demande une certaine expertise. Le Dr Smarrito à publié en ce sens avec 3 experts mondiaux une série de rattrapage de nymphoplasties. Il s’agit du premier article publié sur le sujet au niveau mondial.

Tarif de la chirurgie de l’hypertrophie labiale.

   Si une simple résection avec quelques points est parfois prise en charge par les assurances, elle ne correspond plus au standard actuel de travail de nymploplastie. Le travail sophistiqué de nymphoplastie laser ou sex-lifting n’est pas pris en charge par les assurances et est considéré comme un geste esthétique.

Ainsi, la prise en charge n’est pas possible au niveau des assurances. Cela entraîne un coût entre 5000 et 8000 francs en fonction du geste.

Nymphoplastie ou sex-lifting ? Gestes associés pour restaurer l’anatomie de la vulve.

Parfois, lors des consultations nous nous apercevons que la problématique ne concerne pas les petites lèvres. En effet, il peut s’agir en fait d’un défaut des grandes lèvres. Les grandes lèvres sont aplaties et flasques. Il s’agira donc de les repulper par injection d’acide hyaluronique ou de graisse. Il peut aussi s’agir de variation anatomique comme, par exemple, un dédoublement des petites lèvres ou un excès du capuchon clitoridien. Ces deux disgrâces peuvent également être corrigées par chirurgie indépendamment ou dans le même temps chirurgical.

 

Vidéos du Dr SMARRITO

Vidéo explicative du Dr SMARRITO sur ce sujet de chirurgie esthétique

Poser une question au Dr SMARRITO  ou prendre rendez-vous :

4 + 13 =

prix du congres AASURGERY 2018

+ d’images sur les réseaux sociaux :